mardi 19 février 2013

Pourquoi je ne lirai plus Musso [7 ans après]

    Il y a quelques semaines, j'ai décidé d'ouvrir ce blog. J'ai repris mes lectures par un livre simple, le genre de roman qu'on lit l'été sur la plage. J'ai donc choisi dans ma pile à lire l'avant dernier roman de Musso qu'on m'a prêté : 7 ans après. Dans la même veine que Levy, Musso est un auteur commercial qui publie un nouveau roman tous les semestres. Rien que ce dernier élément permet de comprendre qu'on n'est pas face à de la grande littérature.



La quatrième de couverture :

    Artiste bohème au tempérament de feu, Nikki fait irruption dans la vie sage et bien rangée de Sebastian. Tout les oppose, mais ils s’aiment passionnément. Bientôt, ils se marient et donnent naissance à des jumeaux : Camille et Jeremy.
Pourtant, le mariage tourne court : reproches, tromperies, mépris ; la haine remplace peu à peu l’amour. Au terme d’un divorce orageux, chacun obtient la garde d’un des enfants : Sebastian éduque sa fille avec une grande rigueur alors que Nikki pardonne facilement à son fils ses écarts de conduite. Les années passent. Chacun a refait sa vie, très loin de l’autre. Jusqu’au jour où Jeremy disparaît mystérieusement. Fugue ? Kidnapping ? Pour sauver ce qu’elle a de plus cher, Nikki n’a d’autre choix que de se tourner vers son ex-mari qu’elle n’a pas revu depuis sept ans. Contraints d’unir leurs forces, Nikki et Sebastian s’engagent alors dans une course-poursuite, retrouvant une intimité qu’ils croyaient perdue à jamais.
Des rues de Paris au coeur de la jungle amazonienne
Un thriller implacable brillamment construit
Un couple inoubliable pris dans un engrenage infernal

Mon analyse :

   Dans ce roman, Musso plonge son lecteur au coeur d'un thriller familial. Des parents divorcés dont chacun à la garde d'un des jumeaux se déchirent dans leurs différences : le père est un riche luthier reconnu dans sa profession pour ses talents de création mais aussi d'analyse ; la mère est une femme sauvage qui a toujours vécu en marge des règles. 

"Elle lui apportait la fantaisie qui manquait à son existence.
Depuis qu'ils se sont quittés, c'est comme s'il vivait à nouveau
dans un monde en noir et blanc." p.288

  Ce couple détonnant a implosé. Mais la vie va les réunir quand Nikki, la mère, appelle Sebastian, le père, pour leur dire que leur fils, Jérémy, dont elle a la garde, a disparu depuis plusieurs jours. L'enquête qu'ils mènent ensemble, non sans difficulté de conciliation de leurs caractères et de leurs rancoeurs, les conduit à Paris. Bien qu'ils soient recherchés par la police internationale après s'être trouvés sur les lieux d'un homicide,  ils parviennent à se lier à l'inspecteur qui les recherche afin qu'elle les aide. Après un nouveau rebondissement, ils découvrent que Camille, la jumelle de Jérémy, a également disparu, alors qu'elle se trouvait au Brésil avec son frère.
  Et c'est là que le livre perd tout son sens. Deux disparitions, une enquête parentale, et un cartel de la drogue brésilien se mêle dans un même fil narratif. Heureusement que l'écriture du romancier est (trop) simple, sinon le lecteur aurait de quoi être désabusé devant tant d'informations. 


Mon avis :
    On est d'accord, j'ai lu ce livre parce que je savais qu'il serait simple à lire car son auteur n'est pas connu pour avoir un style incisif ou recherché. Malheureusement, l'essai du registre du thriller est un vrai échec pour Musso. Au bout de quelques pages, j'ai compris la première supercherie sur la disparition du fils qui a été organisé par ses propres soins pour rapprocher ses parents. Le lecteur comprend vite que le jeu de piste les menant vers la ville de l'amour, dans un hôtel romantique suivi d'une soirée sur un bateau-mouche ne peut pas être orchestré par des malfrats mais plutôt par des enfants en mal d'équilibre familial. Il faut dire que les conditions du divorce n'ont ni queue ni tête, il est invraisemblable que les enfants aient des gardes séparées. 
  Mais l'auteur ne s'arrête pas là et en rajoute une couche avec une histoire rocambolesque de cartel de la drogue à la recherche d'un avion écrasé contenant un gros butin. On ne comprend pas comment les enfants se sont retrouvés au coeur de ces magouilles. Ni comment tout le monde s'en sort indemne. 
  Si je ne cherchais pas un livre appartenant à de la grande littérature, je ne m'attendais pas non plus à tomber sur un tel navet. J'ai déjà lu plusieurs livres de Musso, si je n'étais pas transportée ils faisaient leur job de divertissement. Je me suis forcée à aller au bout de ma lecture parce que je n'aime pas laisser un livre inachevé, mais rien ne m'a surprise, au bout du premier chapitre j'avais déjà compris comment l'histoire finirait. 


MUSSO Guillaume. 7 ans après. Paris : XO Editions, 2012. 400 p.


10 commentaires:

  1. Musso est un auteur qui ne me tente pas du tout à la base. Mais après avoir lu ton avis, c'est dix fois pire! Et quitte à lire des bouquins qui ne prennent pas la tête, je préfère la chick lit' à ça!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien lire Levy. Le niveau n'est pas exceptionnel mais le fil est pas décousu et y a de jolies histoires. Je trouvais que Musso était en-dessous, là ça a confirmé.
      Et ça fait hyper longtemps que j'ai pas lu de la chick lit ! J'ai d'ailleurs découvert y a peu que c'était son nom ^^

      Supprimer
  2. Je pense comme Vickie, il y a de très bons bouquins "faciles", qui se lisent vite sans prise de chou et qui sont bien meilleurs que les Musso/Levy. Ils sont juste surexposés....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je partage votre avis même si j'aime bien Levy :)

      Supprimer
  3. Je n'ai pas assez de toute ma vie pour lire les bons livres alors je préfère me passer de Musso après c'est toujours la même histoire de la littérature pour tous : il en faut bien des Musso pour faire vivre les libraires :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est sûr. La littérature commerciale est indispensable. Et je pense que ça dépend de la culture littéraire, au sens large, de chacun, sans être péjorative. Mais là franchement j'ai eu du mal.

      Supprimer
  4. Mon père me dit la même chose quand il me parle de Musso, qu'on comprends dès le premier chapitre. Et ce que tu dis là ne me donne pas envie d'essayer Musso... ce qui est bien dans une lecture c'est que la fin soit surprenante...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Particulièrement que le récit se veut policier ;)

      Supprimer
  5. Justement après avoir lu quelques avis positifs, j'hésitais toujours à m'attaquer à mon premier Musso...
    Après avoir lu ton article, j'ai décidé que je m'en passerai bien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je les ai presque tous lu, plus ça va et plus il devient nul. Etrange quand même

      Supprimer